Production video, brand content, video conseil
Une idée ? Un projet de production vidéo ? Appelez-nous : +33 147 033 129

Blog Brand content et production vidéo tuto

IMG_0846

 

L’émergence des boitiers mixtes photo/vidéo professionnels DSLR (Digital Single-Lens Reflex) a considérablement simplifié les dispositifs de production de vidéo, notamment pour le web. En effet, ces appareils photos qui permettent d’enregistrer de la vidéo en haute résolution offrent :
-une logistique de tournage allégée, tout en conservant une captation vidéo hautement qualitative, de la HD jusqu’à la 2K ;
- une nouvelle esthétique d’image : de superbes flous d’arrière-plan sont désormais possibles grâce à des capteurs photographiques de nouvelle génération et une qualité d’image comparable aux caméras lourdes ;
- une post-production plus performante avec des formats d’enregistrement optimisés, des outils média pratiques et au final, un workflow simplifié.
Un rendu cinéma
Dans la réalisation de nos vidéos de brand content tournées avec les DSLR, nous privilégions une approche technique visant à obtenir le meilleur rendu.
L’utilisation d’une gamme étendue d’objectifs photographiques haut de gamme Zeiss et Canon L, nous permet de créer une dynamique de composition à l’image. Bref, de filmer une interview comme une scène de cinéma.
La lumière participe également à cette volonté : en éclairant avec des flux découpés chaque scène, nous rompons avec la lumière trop souvent aplatie des productions institutionnelles.
Enfin, filmer en multicaméras permet de diversifier les angles de prise de vues. L’utilisation de la machinerie, comme la grue ou le slider, donne du mouvement aux films. On gagne ainsi en dynamisme et en attractivité.
Ainsi conçue, la vidéo de conseil pratique devient un outil qui sert également le discours de marque. Elle va vulgariser une recette, une astuce de bricolage ou un conseil de maquillage, mais toujours en valorisant l’image de la marque.

Sébastien Joubert
Directeur de production, réalisateur

De plus en plus de marques produisent et diffusent sur internet des vidéos advisoriales, c’est à dire des vidéos qui apportent des conseils (advice en anglais) ou des informations utiles aux internautes. Le principal intérêt que ces marques y voient est la création de préférence de marque. Mais quel retour sur investissement (ROI) peuvent-elles en attendre ?

Avant de parler du retour sur investissement, soulignons que l’investissement initial est en général peu élevé. La numérisation du matériel permet aujourd’hui la production de vidéos de qualité pour quelques milliers d’€uros à peine. Mais même avec un investissement faible, quel retour pouvez-vous attendre de ces vidéos ?

Des vues voulues

Pour le déterminer, sortons d’abord des schémas publicitaires. Car il existe une différence fondamentale entre une vidéo advisoriale et une vidéo publicitaire. La vidéo advisoriale apporte une réponse directe aux requêtes des internautes sur Google : comment changer de robinet, planter un rosier, quel vin servir avec un couscous, tricoter un snood, etc. Toutes ses vues sont voulues ! La vidéo publicitaire, elle, est non seulement imposée, mais elle cible très large. Ce qui explique qu’elle soit rarement vue jusqu’au bout.

Un ciblage parfait.

La vidéo advisoriale inverse les rôles. Au lieu de chercher à toucher une cible, c’est votre cible qui vous cherche. Une cible active en phase d’achat ou d’intention d’achat. Quand on regarde une vidéo de pose de robinet, c’est qu’on a l’intention d’en acheter un. On peut ainsi considérer que les vidéos advisoriales touchent à 100% une cible qualifiée. Zéro déperdition ! Il s’agit là d’un ciblage comportemental, beaucoup plus précis que tout autre forme de ciblage, même affinitaire.

Estimez vos contacts qualifiés.

Vous pouvez calculer facilement ce que vous rapporte la production d’une vidéo advisoriale en comparant le nombre de vues par rapport au coût de ces contacts, si vous aviez dû les acheter avec des bannières. Un exemple : une vidéo coûtant 5000 € et vue par 30 000 internautes vous revient à 16 centimes le contact qualifié. Et certaines vidéos peuvent susciter des dizaines, voire des centaines de milliers de vues !

Le temps joue pour vous

Enfin, la vidéo advisoriale possède encore un avantage spécifique: la durée dans le temps. En effet, un conseil ne vieillit pas, ne se démode pas. Une vidéo postée en 2013 sera toujours visionnée en 2014, 2015, 2016 ! Et plus  cette vidéo totalisera de vues, plus elle enrichira le capital virtuel de la marque.
Quelle autre forme de communication peut, à investissement égal, apporter un tel retour sur investissement à une marque ?

 

 

 

La vidéo advisoriale se porte bien dans le secteur de la santé, un domaine où les marques sont tout naturellement prescriptrices de conseils. Des exemples récents nous montrent que cette communication peut être à la fois utile, concernante et créative.

 

Premier exemple, avec France AVC et sa campagne de sensibilisation sur les accidents vasculaires cérébraux. L’association a mis en ligne un clip musical sur les bons réflexes à adopter lors d’un AVC : « Vite appelle le 15 ! ». Un sujet grave, mais la mélodie entrainante et les refrains répétitifs permettent de dédramatiser l’accident et de bien mémoriser le message.

De son côté,  l’INPES a diffusé récemment sur Internet une série de vidéos très décalées : on peut y voir la syphilis ou le gonocoque, personnifiés de manière humoristique, répondre aux questions d’une journaliste. Malgré le sujet sensible que sont les IST, ces vidéos ont généré plus de 530 000 vues sur Youtube !

Autre angle d’attaque avec la Mutuelle Malakoff Méderic qui présente des recettes vidéo sur le thème « Bien déjeuner dans ma boîte » ! Une série de recettes censées inciter les salariés à faire des pause-déjeuner équilibrées sur leur lieu de travail.

Enfin, plus classiquement, le laboratoire Biogaran a fait appel à Fred et Jamy, les animateurs de « C’est pas sorcier » sur FR3 pour réaliser un film pédagogique sur les médicaments génériques.

Quatre axes différents, mais visant un même objectif : diffuser des conseils très sérieux sous la forme la plus attractive possible. La preuve que sur internet, la vidéo advisoriale peut être à la fois utile et créative.

 

 

Les marques de cosmétiques ont très tôt compris l’intérêt d’intégrer la vidéo advisoriale dans leurs dispositifs de communication.
Dès 2006, L’Oréal Paris créait sa chaîne de vidéos sur Youtube. Et aujourd’hui, toutes les grandes marques de produits de beauté et leurs distributeurs, comme Sephora ou Marionnaud, ont leur chaîne Youtube.
Leur objectif est double: créer de la proximité avec leur public en lui apportant des conseils de beauté, tout en faisant du placement produit.
On peut ainsi apprendre à réaliser une french manucure avec Gemey-Maybelline, un chignon sophistiqué avec Fructis, un maquillage express naturel avec Dior, un look baby doll avec Guerlain, ou savoir utiliser une BB crème avec Sephora.

24 millions de vues

Le succès est au rendez-vous : une vidéo de Gemey-Maybelline apprenant aux jeunes filles à réaliser leur premier make-up enregistre 458 000 vues ! Et avec ses 480 vidéos, la chaîne Youtube Loréalparis totalise près de 24 millions de vues !
Des vues qui, à la différence d’un spot de pub, sont voulues ! En termes de ROA (Retour On Attention), difficile de trouver un support plus efficace que la vidéo advisoriale.
Deux types de vidéo sont proposés par les marques. La vidéo de coach qui met en scène un maquilleur-créateur dans un décor de studio photo, sur fond de musique avec un mannequin.
Autre style : la marque recrute une blogueuse déjà suivie sur le Web. Pas de décor, ni de belle lumière, juste une webcam ! Ce que la vidéo perd en mise en scène, elle le gagne en proximité. D’ailleurs, le nombre de commentaires est en général beaucoup plus élevé pour ce type de vidéo. Car on se projette plus facilement dans le témoignage d’un internaute qui nous ressemble.

La vidéo advisoriale collaborative

Ce ressort psychologique offre aux marques une opportunité de communication : Tuto Production propose ainsi aux marques de lancer des appels à création de vidéos par les internautes. Une fois validées par la marque, nous les habillons à ses couleurs. La marque recueille ainsi du contenu dont elle garde le contrôle, tout en valorisant l’internaute. Une formule économique et dans l’air du temps pour augmenter son capital de marque virtuel.

 

 

Blog production vidéo tuto, Brand content, marketing collaboratif : Tuto Production vous apporte ses analyses sur l’advisorial et le tutoriel